FROGMAN-DETENDEURS

              DETENDEURS "DOUBLE HOSE" d'EUROPE__________

(Cliquer sur les photos pour les agrandir et voir les commentaires )

1) UK

2) RDA (Allemagne de l'Est)

3) Espagne

4) France

5) Pologne

6) Russie

7) Ex-Yougoslavie

8)Ex- Tchécoslovaquie 

9) Suisse

10) Pays Bas (Hollande)

11) RFA (Allemagne)

12) Italie

HEIDERSCHEID D - 

Dernière mise à jour le 12/12/2020

 

1) ANGLETERRE - ROYAUME UNI

 

 

 

 

 

1) SIEBE GORMAN (+ HEINKE)

 

2) SPARTAN (TILLBROOK)

 

3) SUBMARINE PRODUCT 

1)SIEBE GORMAN (+ HEINKE)

 

 

 

 

 

 

Un petit mot d'explication sur les casque qui ont précédés les détendeurs double hoses.

SIEBE Auguste

 

Augustus Siebe (1788, Saxe - 15 avril 1872, Londres) est un ingénieur allemand naturalisé britannique, principalement connu pour ses contributions au développement des équipements de plongée sous-marine.

Il est surnommé comme étant le véritable "père de la plongée", en améliorant le scaphandre et l'équipement encore utilisé de nos jours.

En 1819, il fond son entreprise. Il commence, par réduire la cloche de Denis Papin, et invente un vêtement mono pièce étanche qui descend jusqu'à la taille et une veste en cuir fixée à un masque métallique. Cependant le plongeur doit rester à la verticale pour ne pas perdre l'air.

En 1837, il dessine une "peau de bouc" qui enveloppe le corps du plongeur et est rattachée au casque permettant au plongeur de se déplacer comme il le souhaite.

En 1823, les deux frères Dean, invente le "casque à fumée" conçu pour les pompiers et sera ensuite utilisé pour la plongée. Le casque est maintenu par des plombs et des attaches. Le plongeur respire grâce à des tuyaux qui font passer de l'air propulsé par un réservoir en surface. Mais, ce système empêche de bouger la tête, risquant de faire entrer l'eau.

En 1830, les frères Dean et A. Siebe, décident de modifier le casque. Siebe, améliore le casque en utilisant 12 boulons et sangles en laiton pour fournir une étanchéité à la nouvelle combinaison en caoutchouc. Le plongeur n'est plus mouillé, l'air circule dans sa combinaison jusqu'au casque et le surplus s’échappe à travers la soupape.

En 1837, Siebe apporte à la combinaison des chaussures à semelles de plomb, donnant au plongeur plus d’autonomie. Le scaphandre « pieds lourds » est approuvé durant plus d’un siècle.

Les casques ont été importés et utilisés en Hollande plus tard au XIXe siècle. Le nom de sa société se nomme "Siebe, Gorman & Co Ltd" en 1904

 

CASQUE SIEBE GORMAN 12  BOULONS 

CHARLES EDWIN HEINKE 

 

En 1844 ,  Charles Edwin Heinke fabrique son premier casque de plongée.
Inspiré par William F. Saddler, Heinke a commencé à utiliser du laiton massif pour les plastrons des casques de plongée , au lieu de la feuille de cuivre. Les casques de plongée de Heinke avaient trois fenêtres circulaires de forme similaire. Ils n'avaient pas les grilles de protection extérieures comme dans les autres casques; ainsi, ils avaient une meilleure visibilité pour les plongeurs et il était plus facile de garder les fenêtres propres.
Le principal concurrent de Heinke était Siebe Gorman, qui fabriquait également des casques de plongée, et Heinke essayait constamment d'améliorer les conceptions. Il a introduit une soupape d'échappement supplémentaire sur la face avant du plastron, qui s'appelle maintenant le "moulin à poivre" à cause des trous dans son couvercle. Cet échappement a permis au plongeur de monter et de descendre beaucoup plus rapidement

 

1961: La société est incorporée à Siebe Gorman . Avant cela, les archives de la société Heinke ont été brûlées par son dernier directeur. Le dernier casque de plongée Heinke est sorti de la production en 1961. Quelques casques ont reçu l'étiquette de "Siebe-Heinke", mais finalement le nom Heinke a complètement disparu.

 

CASQUE HEINKE 12 BOULONS 

SI VOUS ETES INTERESSE PAR LE MATERIEL SCAPHANDRIER PIEDS-LOURDS ,  JE VOUS CONSEILLE LE FABULEUX SITE  :

 

http://www.pieds-lourds.com/index.htm 

 

ESSJEE AQUALUNG MKI

 

Le détendeur à double tuyau Essjee Aqualung MKI SIEBE était une reproduction du CG45 français, avec seulement des modifications mineures. Et bien sûr, avec des mesures impériales et non des métriques comme la version française. Sa production a eu lieu en 1955.

 

Le régulateur avait un diamètre de 4 1/2 ", 2" de profondeur. Le haut (côté étiquette) et le bas (côté joug) étaient fixés par 4 serre-boulons. Ce système de fixation a facilité le placement et le retrait des pinces par rapport à celles du CG45.

 

Une autre amélioration du projet britannique était la prévision de l'utilisation du manomètre. Le port HP du MKI pour le raccordement d'un manomètre était une innovation par rapport à la vanne de réserve utilisée par les régulateurs américains et autres régulateurs européens.

 

 

Les tuyaux utilisés dans les manomètres étaient très durs, car les tuyaux hydrauliques standard du marché étaient utilisés à cette époque.

 

 

En 1956, une version améliorée du détendeur apparaît. The Essgee (plus avec "J"). Aqualung MkII propose un changement dans le mécanisme de deuxième étage en ajoutant un autre levier en haut du levier de deuxième étage existant.

MISTRAL

 


Exceptionnel détendeur 1 étage (200 bars - 750 l/m) de la célèbre firme anglaise  de fabrication de casques et équipements "pieds-lourds" - date de fabrication du Mistral "anglais"  : 1954   à 1972 -  sous licence Cousteau - Cagnan. Ce détendeur avait une fabrication robuste mais chère avec ses deux coudes filetés.  Excellent état de conservation pour ce modèle présenté.

ESSGEE

 

 

 

Le nom ESSGEE est en fait un jeu de mots pour SG (SIEBE GORMAN) attribué à ce détendeur d'exception . Il arrive que l'embout soit marque aussi HEINKE car la firme SIEBE GORMAN a absorbé (en 1961) cette autre grande marque de matériel pieds lourds . Année de fabrication 1954 (prix de vente catalogue "lillywhite" : 65 £) à 1972 toujours sous licence Cousteau Cagnan , cependant , les pièces ne sont pas interchangeables avec le mistral de la Spirotechnique (comme pour le modèle ci-dessus ).

MERLIN MK IV (SIEBE - HEINKE)

 

 

 

Détendeur ultra robuste en fonte de bronze "héritier" de la plongée pieds lourds qui , elle, à cette période, commence à s'estomper . Le capot avant est en "bakélite" . La numérotation de ces détendeurs permet la datation au mois près. Début de fabrication 1962. 

PHOTO D'EPOQUE D 'UN PLONGEUR EQUIPE EN SIEBE GORMAN

ECLATE D UN SIEBE HEINKE MERLIN

CI-DESSOUS UNE PUBLICITE HEINKE AVEC EN PREMIERE PAGE LE CELEBRE  HANS HASS (Hans Hass, né le 23 janvier 1919 à Vienne (Autriche) et mort le 16 juin 2013 (à 94 ans) dans cette même ville est un biologiste, éthologue et cinéaste autrichien. Précurseur, au même titre que le Français Jacques-Yves Cousteau, de la plongée sous-marine autonome, Hass et son épouse Lotte sont surtout connus pour leurs documentaires et il est , de plus, inventeur  du célébre appareil photo sous- marin ;  le  Rolleimarin .

 

Hans Hass a obtenu son doctorat en zoologie en 1943 auprès de Konrad Lorenz, à Vienne (il a aussi reçu le prix « Konrad Lorenz » en 1999). En 1959 le nom scientifique de l'« anguille jardinière », un poisson tropical, lui est dédié : Heteroconger hassi.)

NEPTUNE ( deux étages)

 

 

 

 

 

Ce petit bijoux n'a sa place , ici, que pour montrer que, juste avant le dépôt de bilan, - SG avait pourtant su se moderniser mais  malheureusement trop tard . Peu de renseignements sur ce "Neptune" probablement construit à très peu d'exemplaires . 

2) SPARTAN

L'entreprise de Tony Tillbrook a commencé en faisant des réparations de combinaisons dans un petit magasin situé sur la rue Hartington Road Bruce Grove, au nord de Londres, en 1958. 

 

 

Au milieu des années 60, la firme s'est agrandie et la plupart des plongeurs du sud du Royaume-Uni utilisaient des combinaisons  et du matériel "SPARTAN". 

 

La société, dans le même temps, a commencé à ajouter dans ses équipements des produits d'Aqualung, et a importé des régulateurs américains (Sportsways) et des régulateurs venus  de France  mais surtout de la fime catalane espagnole NEMROD.

 

Le NEMROD a fabriqué des détendeurs de type Snark III et les a revendu à la marque Spartan. Il s'agissait de détendeurs à deux tuyaux , avec les mêmes caractéristiques du Snark SILVER III mais avec une étiquette personnalisée pour l'entreprise: le Trident MK II ; en fait SPARTAN TILLBROOK ne faisait que d'aposer le logo de la marque SPARTAN sur les détendeurs NEMROD.

 

Ce logo représentait un plongeur et un requin argentés sur fond bleu (voir ci-dessous).

 

 

Au début des années 1970, l'entreprise a déménagé pour des installations plus grandes à Cheshunt, également dans le nord de Londres. Ses vêtements étaient désormais de bonne qualité et ont commencé à apparaître dans des émissions de télévision et des films avec des plongeurs. 

 

 

Au milieu des années 80, en raison de l'énorme concurrence commerciale (AQUALUNG / SCUBAPRO.....etc.), la société s'est orientée désormais  vers le marché du surf et Tony Tillbrook a quitté l'entreprise qui fabriquait des vêtements et a laissé la société dans les mains de son fils John. 

 

La marque reste visible sur  le site :

 

 

www.spartanwetsuits.com

 

 

 


 
 

"BOUEE" FENZY SPARTAN (en fait une FENZY mais dont on a apposé un logo SPARTAN)

SPARTAN TRIDENT MK II (En fait, un NEMROD SNARK SILVER III avec un autocollant SPARTAN apposé par la marque , ce que j'ai réitéré ici)

3)SUBMARINE PRODUCT

 

 

 

 

 

 


BLACK PRINCE

 

Submarine Product Ltd avait son usine de matériel de plongée Hexham (Northumberland) - Angleterre  - et avait été fondée en 1957 par le Commandant de marine Hugh Oswell.

Les détendeurs étaient conçus pour être financièrement accessibles et concurrencer Siebe Gorman dont les coûts de production étaient nettement plus cher.

Cette usine a aussi fabriqué des petits subskimmer (véhicules militaires sous-marins) -  Les détendeurs innovaient par l'apport de plastiques de haute qualité (ABS) dans leurs fabrications. Le Black prince a été utilisé pendant de nombreuses années par la Navy.

 

Submarine product a fermé ses portes en 1990 quand la marine britannique s'est tournée vers des producteurs étrangers.

Le Black prince a été vendu en France avec l'étiquette et par la firme "Cavallero Champion" - seule l'étiquette est différente  mais aussi le fait que le Cavallero a , en plus, une sortie haute perssion . Le Black prince est le dernier modèle fabrique par Submarine product - Fabrication +/- 1970.

ATLANTIC (SEALION)

 


Détendeur qui fait son apparition en 1957 au catalogue "LILLYWHITE" - excellente fabrication. Le modéle avec étiquette rouge est appelé super SEALION (fabrication seconde partie de la décennie 1960). Etat de conservation excellent pour le modèle ci-contre.

          2) ALLEMAGNE DE L EST (RDA)

 

 

 

 

                                         

                                        MEDI

 

 

 

 

 

 

 

 


Hydromat

Détendeur militaire de très bonne facture (" d'inspiration Drâger"???)  fabriqué fin des années 1960 par l'Allemagne de l'est -  L'embout métallique est lourd en bouche. Ils fonctionnent généralement toujours parfaitement . Il est toujours possible de se fournir en pièces de rechange. Le systéme est uniquement en DIN. MEDI fabriquait des casques et équipements pieds-lourds. Ces détendeurs ont la particularité que les tuyaux sont maintenus , non pas par des cerclages , mais par des ligatures .

Un hydromat  plus récent que le premier modèle présenté avec des ligatures noires.

3) ESPAGNE

 

 

 

 

 

NEMROD

 

 

 

 

 

Nemrod était une entreprise espagnole (Catalogne) qui fabriquait des équipements de plongée et de pêche sous-marine. Elle a cessé ses activités à la fin des années 90 et a été dissoute en 2000 après avoir été reprise , sans succés, par des actionnaires américains.

 

 

 

 

APPAREIL PHOTO NEMROD SILURO que j'ai toujours mais qui ne donnait que des photos de qualité très moyennes

BOITE D'ORIGINE DES DETENDEURS NEMROD

LOGO DE LA MARQUE 

SNARK III

 

 

 

 


Détendeur à deux étages dit "à trois étages" fabriqué par cette célèbre marque catalane d'équipements pieds-lourds - Cette marque a perduré dans jusqu'aux années 1990 mais a fait faillite pour être reprise quelques moments et sans sucés par des américains. Le Nemrod SNARK III a été aussi fabriqué par Seamless . Excellent détendeur , il a été utilisé par les NC débutants aux états unis jusque la fin de la marque . Il a du donc être produit a de nombreux exemplaires, cependant les pièces  de rechange et les tuyaux sont .....introuvables.  C'est le dernier des(anciens) doubles hoses a avoir été fabriqué. 

Un second NEMROD -mais plaquette noire

4) FRANCE

 

 

 

 


1) LA SPIROTECHNIQUE (air liquide) (actuellement aqualung)

2) ESPADON - TARZAN (actuellement BEUCHAT)

3) CAVALLERO CHAMPION

 

 

 

 

 

 

 


1)LA SPIROTECHNIQUE

En 1946, Air Liquide crée La Spirotechnique et commercialise le CG45. Le nom anglophone de ce dernier, Aqua-Lung, devient le nom d'usage de la société elle-même, qui de nos jours s'appelle officiellement Aqua Lung/La Spirotechnique1, même si commercialement elle communique uniquement sous le nom seul d'Aqua Lung. Aqua Lung/La Spirotechnique dispose aussi de branches à l'international, comme Aqua Lung America aux États-Unis.

ANCIEN LOGO DE LA FIRME 

C 'EST QUOI UN DETENDEUR ? 

Sur "Wikipedia" nous pouvons lire qu'un détendeur de plongée est un mécanisme qui permet à un plongeur de respirer l'air contenu dans sa bouteille de plongée à la pression à laquelle il évolue. L'arrivée du détendeur dans la pratique de la plongée sous-marine a aussi permis l'avènement du scaphandre autonome. Le détendeur est le principal élément d'un scaphandre, au point que la plongée dite « avec détendeur » est synonyme de la plongée dite « en scaphandre autonome ». La seule différence entre ces deux termes est que le terme détendeur se réfère à un équipement en particulier et que le terme scaphandre autonome se réfère aussi aux autres équipements nécessaires à la pratique de la plongée subaquatique (palmes, masque, ceinture de lest, combinaison, etc.).

 

 

Inventeurs

 

 


Le plus ancien brevet de détendeur fut celui déposé le 14 novembre 1838 par le docteur Manuel Théodore Guillaumet, originaire d'Argentan. Ce premier détendeur était relié à la surface par une pompe et n'était donc pas autonome. Le détendeur de Guillaumet ne connut pas de suite, certainement à cause de l'absence d'un réservoir intermédiaire qui aurait assuré une réserve de sécurité en cas de rupture ou de séparation du tube fournisseur d'air. Cette invention fut à nouveau réalisée avec indépendance de celle de Guillaumet en 1860 par l'ingénieur des mines Benoit Rouquayrol (1826-1875). Son premier brevet, un « régulateur destiné à régulariser l'écoulement des gaz comprimés », fut déposé le 14 avril 1860, mais il était destiné aux sauvetages dans les mines en cas de « coup de grisou » ou de galeries inondées. Ce ne fut que lorsque Rouquayrol rencontra Auguste Denayrouze (1837-1883), lieutenant de vaisseau, que son invention fut appliquée à la plongée, selon une idée de ce dernier. Rouquayrol et Denayrouze déposèrent alors, le 11 mars 1864 un brevet de scaphandre autonome, l'« appareil plongeur Rouquayrol-Denayrouze ». D'autres brevets vinrent par la suite perfectionner leur invention. Dès son brevet de 1860, Rouquayrol incluait déjà un réservoir intermédiaire, en version alimentée par pompe ou en version autonome, avec réserve d'air comprimé, c'est pourquoi son « régulateur » pouvait fonctionner avec le minimum de sécurité requise, contrairement au détendeur de 1838 de Guillaumet. L'appareil plongeur Rouquayrol-Denayrouze fut homologué par la Marine impériale française dès 1864. En 1867, ses inventeurs le présentèrent à l'exposition universelle de Paris et remportèrent ainsi la médaille d'or. Cependant Rouquayrol et Denayrouze ne parvinrent tout de même pas à résoudre le problème d'une autonomie suffisante (une demi-heure à 10 mètres de profondeur tout au plus) principalement à cause de la limite d'air comprimé que l'on pouvait faire contenir dans les réserves portables de l'époque (30 à 40 bars de pression, au maximum - 200 à 300 bars actuellement).

Le problème fut résolu en 1943, avec l'invention du détendeur moderne, à une époque où les bouteilles de gaz comprimés étaient devenues nettement plus solides que les réserves en cuivre ou en fer utilisées au xixe siècle. L'invention du détendeur moderne est liée à la période de l'occupation allemande de la Seconde Guerre mondiale : la France connaissait alors une pénurie d'essence, constamment réquisitionnée par les Allemands. Émile Gagnan (ingénieur chez Air Liquide) obtint au début de la guerre, grâce à la société Piel (héritière de la société Rouquayrol-Denayrouze), un détendeur Rouquayrol-Denayrouze qu'il utilisait pour faire fonctionner des gazogènes de voiture. Il déposa alors son propre brevet de détendeur miniaturisé, en bakélite. Son patron, Henri Melchior, pensa que ce détendeur pouvait rendre service à son gendre, Jacques-Yves Cousteau, qui cherchait depuis déjà 1936 à mettre au point un scaphandre autonome efficace et à débit automatique (ou débit « à la demande »), car celui de l'époque devait être utilisé à la main (« manodétendeur » de Le Prieur). Melchior fit alors les présentations des deux hommes, qui se rencontrèrent à Paris en décembre 1942.

Cousteau adapta le détendeur de Gagnan à une réserve d'air comprimé et, surveillé par Gagnan et un ami de ce dernier (appelé Gauthier), fit dans la Marne les premiers essais subaquatiques de son détendeur : quand le plongeur était à l’horizontale le détendeur fonctionnait correctement, mais quand il était debout il se mettait en débit continu et quand il était tête en bas c'était l'inverse, l'air arrivait difficilement. Cousteau et Gagnan décidèrent alors de ramener l’expiration au niveau de la membrane du détendeur, qui équilibre l’air avec la pression ambiante et ferme le débit pendant l’expiration. Cousteau partit alors pour Bandol, dans le Var, en ayant commandé à Gagnan de lui envoyer celui qui allait être le prototype résultant de la modification accordée. Il le reçut un matin de juin 1943 à la gare de Bandol et le mit tout de suite à l'essai à la plage du Barry, en face de la villa du même nom, qui appartenait à son ami Philippe Tailliez. Cousteau possédait aussi une villa proche à celle de Tailliez, la villa Baobab (à Sanary-sur-Mer), mais celle de Tailliez se trouvait (et se trouve encore) dans une petite crique, à l'abri des regards indiscrets.

Pour l'essai de ce deuxième prototype, Cousteau se trouvait cette fois sous la surveillance de son épouse Simone (née Melchior, qu'il avait épousée en 1937) restée en surface à suivre son époux du regard grâce à un masque de plongée et un tuba. Deux amis de Cousteau l'attendaient sur la plage, Philippe Tailliez et Frédéric Dumas. Ce dernier, excellent apnéiste, devait intervenir immédiatement dans le cas où Simone déclenchait l'alarme. Mais cela ne fut pas nécessaire, car cette fois l'essai fut un succès5. En cette même année de 1943, Cousteau et Gagnan brevetèrent leur « scaphandre Cousteau-Gagnan ». À la fin de la guerre quelques exemplaires de « Cousteau-Gagnan » ont été construits, des prototypes, mais Cousteau et Gagnan brevètent le « CG45 » en 1945 (« C » pour Cousteau, « G » pour Gagnan et « 45 » pour 1945), qui sera aussi commercialisé sous le nom de « Aqua-Lung » (terme anglais inventé par Cousteau à des fins de commercialisation et qui signifie « poumon aquatique »). En 1946 Air Liquide crée une marque de détendeurs et d'équipements de plongée, La Spirotechnique, et commence aussitôt à fabriquer en série et à distribuer le CG45. Plus tard arrivent le Mistral (avril 1955) et autres modèles toujours plus perfectionnés (Royal Mistral, Spiro 8, Cristal...).

Pour arriver aux détendeurs tels que nous les connaissons aujourd'hui, de nombreux modèles plus ou moins originaux ont été créés et ce dans plusieurs pays. La France a joué certes un rôle primordial dans son invention avec le premier scaphandre autonome, le célèbre CG45 de Cousteau et Gagnan. Bien souvent, l'Australien Ted Eldred (décédé en 2005) inventeur du Porpoise (ce qui veut dire « marsouin », détendeur décliné en plusieurs versions : le prototype, le CA1 et le CA2) est oublié mais également les deux Français Jean Bronnec et Raymond Gautier qui conçurent le Cristal Explorer, commercialisé sous le nom de Aquamatic dans les pays de langue anglaise. Il s'agit là des deux premiers détendeurs à deux étages et à un seul tuyau tels que nous les connaissons aujourd'hui.

Les scaphandres autonomes attirent de plus en plus de monde et dans plusieurs pays, il faut entendre par là des collectionneurs, les spirodétérophiles (le mot est composé de spiro = respirer, deter = détendre, phil = amateur). Le terme « spirodétérophilie » est apparu en décembre 2008, avant cela rien ne désignait ces collectionneurs. Depuis l'an 2000, cette communauté de collectionneurs ne cesse de s'accroître en Europe et en Amérique du Nord.

 

 

Fonctionnement

 


Le mécanisme du détendeur peut reposer sur un jeu de membranes et ressorts actionnant une arrivée de gaz. Ce mécanisme est fait de telle manière qu'une dépression du côté de faible pression est nécessaire à l'ouverture de l'arrivée de gaz.

Cette dépression peut correspondre à l'aspiration du plongeur. L'air arrive alors à un débit proportionnel à la dépression, ce qui donne, finalement, et grâce à la membrane souple qui est en contact avec l'eau ambiante, un air décompressé avec la pression ambiante.

L'air ainsi distribué est froid, car le gaz refroidit lorsque sa pression diminue. Ce phénomène peut avoir des répercussions graves dans le cadre de plongée en eau très froide, lorsque l'eau ambiante ne suffit plus à réchauffer le détendeur qui risque alors de givrer et de voir son mécanisme se bloquer.

Le fonctionnement des détendeurs fait appel à plusieurs principes.

Rappelons que pour que le plongeur puisse respirer sous l'eau, l'air contenu dans la bouteille à une pression de 200 à 230 bar doit être détendu à une pression exactement égale à la pression ambiante pour permettre aux muscles ventilatoires d'assurer leur fonction, c'est le rôle du détendeur. Par exemple si l'on voulait s'immerger en respirant à l'aide d'un tuyau relié à la surface dès 50 cm de profondeur cela serait impossible car la pression de l'eau s'exerçant sur la cage thoracique empêcherait tout mouvement ventilatoire.

Le principe de détente de l'air est en fait très simple : une membrane est soumise à la pression ambiante, cette membrane appuie sur un levier qui commande un clapet. A l'inspiration, le plongeur crée une dépression dans le détendeur, la membrane s'enfonce donc et ce faisant appuie sur le levier qui fait reculer un clapet, l'air passe vers les poumons du plongeur. En fin d'inspiration la membrane remonte et le ressort de clapet ramène celui-ci sur son siège fermant l'arrivée de l'air.

Le premier détendeur "vulgarisé" dans les années 1955 est le modèle "MISTRAL" de Cousteau et Gagnan. Il permettait de délivrer de l'air directement à la pression ambiante. C'était un détendeur dit à un étage. Sa vulgarisation a permis à nombre de plongeurs de découvrir l'univers sous-marin. C'était un excellent appareil, mais comme il était fixé sur la bouteille, la position de la membrane conditionnait le confort ventilatoire à la position du plongeur dans l'eau.

En effet en position horizontale sur le ventre, position normale d'un plongeur se déplaçant sous l'eau, la membrane étant immergée moins profondément que le point milieu des poumons il fallait faire un léger effort à l'inspiration. Par contre si le plongeur se mettait sur le dos le détendeur se mettait en débit continu. Pour s'affranchir de ce problème les constructeurs ont conçu les détendeurs 2 étages. Le 1er étage est bien sûr fixé sur la bouteille et détend l'air de la haute pression (200 à 230 bar) à un moyenne pression de 8,5 à 10 bars selon les modèles. Le second étage, relié au premier par un flexible est directement en bouche du plongeur, ainsi en position allongée, la membrane régule la pression de l'air délivré rigoureusement à la pression ambiante qui s'exerce sur la cage thoracique du plongeur.

Les détendeurs sont aujourd'hui classés en 3 catégories principales : les détendeurs "standards", les détendeurs compensés (plus souples que les premiers) et les détendeurs surcompensés.

LE CG - 45 

"LUC" (du site https://www.spiro-vintage.com/) nous fait connaître que les tout premiers  détendeurs du scaphandre autonome COUSTEAU-GAGNAN n'avaient pas de plaque constructeur, le numéro de série était poinçonné soit sur la casserole avant (pour les premiers), soit sur le corps haut-pression sur les suivants et cela au moins jusqu'à fin 1946.

Ce n'est qu'en 1947 qu'apparût la première plaque constructeur, aucun nom, juste l'inscription suivante:

SCAPHANDRE AUTONOME

COUSTEAU-GAGNAN

breveté S.G.D.G

LA SPIROTECHNIQUE

S.A.R.L

Siège social 6 Rue Cognacq Jay, Paris VII

N° XXX

 

Ce n’est quant 1955 à la sortie du Mistral que  le détendeur sera considéré comme un élément dissociable du reste du scaphandre autonome. Les plongeurs le dénommeront CG45 (abréviation de Cousteau-Gagnan 1945), dénomination qui restera jusqu’à nos jours. (note : Il est à noter qu'avant 1955 ......ce détendeur n'avait pas de nom sauf aux states ou il portait le nom d'Aqualung.)

 

Ce détendeur sera commercialisé de 1946 à 1955 en sachant qu’en 1955 il sera produit uniquement en version narguilé.

En effet, le CG45 est le seul détendeur double tuyaux de la marque qui soit convertible en narguilé et vis versa. Il suffit pour cela de supprimer le mécanisme du premier étage en condamnant  le trou avec un bouchon prévu à cet effet coté membrane puis en remplaçant l’étrier par un raccord basse pression ou le tuyau du narguilé pourra se raccorder.

 

La typologie et la chronologie des CG45.

 

J’ai divisé (nous dit Luc)  les CG45 en 2 types :

 

Le CG45 à gamelle archaïque  (1946 – 1950) qui est le plus rare.

 

Le CG45 à gamelle standard (1949 -1955) qui est le plus commun.

LE CG -45

MISTRAL

Ce détendeur mistral est une "légende" , il a succédé en 1955 au premier détendeur commercialisé : le CG 45 (C pour Cousteau et G pour Cagnan) . Le soi-disant CG 43 n'a  jamais existé , il s'agissait du prototype du CG 45 . le CG45 a été fabriqué à partir de 1946 (licence de 1945) . Le MISTRAL  c'est le détendeur des écoles de plongée des années 55/75 . La Spirotechnique établira sa marque aux USA sous le nom de US DIVERS et le CG45 prendra , ensuite,  le nom "d'aqualung" (voir page détendeurs US) . Voici deux mistral dont les joints de serrage des tuyaux sont en métal , l'un est a embout métallique dit "d'écolage" (sans aquastop) et l'autre avec aquastop. Le détendeur a été fabriqué jusqu'en 1987 et utilisés par certaines marines jusqu'en 1989.

 

 

 

 

Mistral avec

embout écolage

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Mistral avec embout aquastop

ROYAL MISTRAL 

 

 

 

 


En 1962, le Mistral évolue (simultanément à la version Mistral de base)  en "Royal" et offre un confort respiratoire supérieur , il sera livré au fil du temps avec différents logos , en DIN, avec prise pour manomètre .....

C'est "le" détendeur des "anciens" .

Royal Mistral

1ére génération

Un autre Royal Mistral tout aussi opérationnel - caoutchoucs en parfait état   mais avec des rayures d'usage  et une plaquette d'identification repeinte  grossièrement  ce qui explique la différence de prix.

ROYAL MISTRAL SECONDE GENERATION

En 2005, Aqualung reprend la fabrication d'un "double hose" (pas convaincant, selon notre avis) sur un premier étage  "Titan" de la marque. Ce détendeur ne figure déjà plus sur le catalogue Aqualung depuis quelques années.

 

 

 

 

 

Nouveau MISTRAL

 

 

2) ESPADON - TARZAN ACTUELLEMENT BEUCHAT 

 ESPADON TARZAN

 

 

 

 

 

 


Cette marque deviendra BEUCHAT par la suite . Le détendeur n'est autre que la façade avant de la casserole d'un Royal Mistral montée sur la face arrière d'un Mistral classique. La "petite histoire" dit que BEUCHAT s'entendait en fait très bien avec le directeur de la Spiro.

A noter que,  suite à un gentlemen agreement avec la société de cinéma MGM portant sur le nom de "Tarzan" (déposé pour la bande dessiné et le cinéma) ce nom disparu de l'étiquette de ce détendeur mais a permis à BEUCHAT de pouvoir commercialiser ses produits aux USA notamment les fameuses palmes JETFINS (merci Jean pour les précisions) .

Le détendeur présenté ici est donc de la première génération. Il a été construit à peu d'exemplaires vu la concurence de la spiro.

En 1934, BEUCHAT a créé la société PECHE SPORT pour vendre des foènes et harpons sous la marque TARZAN pour les chasseurs sous marins et en 1961, il déménage et change son nom en Etablissements BEUCHAT pour développer du matériel de plongée sous marine.

 

 

 

 

SOUPLAIR 

3) CAVALLERO CHAMPION (SUBMARINE PRODUCTS)

 

 

 

 


Cette troisième marque française offrait un détendeur qui n'était autre qu'un Black Prince de Submarine products (voir ci dessus) mais avec le logo de la firme Cavallero apposé sur la face avant . Il est cependant considéré comme un détendeur distinct  . A noter que la différence est que le Cavallero possède une sortie haute pression . 

5) POLOGNE

 

 

1) KAIMAN

2) MORS 

 

 

 

1) KAIMAN

 

 

KAIMAN (R7)

 

 

 

 

 

 

 

Détendeur en DIN , quasi uniquement utilisé par les militaires polonais - fabriqué de 1969 à 1978 par la firme Précision Engineering Works de  GDANKS et mis au point par Leszek SUCHY- le même modèle existe avec une plaque d'identification noire (ici le modèle avec plaque rouge) 

2) MORS 

 

 

 

 

 

 

Peu de renseignement sur ce détendeur fabriqué en 1960 également à GDANKS - probablement et uniquement pour les militaires, policiers et pompiers polonais. Comme l'AVM 1 de l'URSS , les tuyaux ont été recouvert par de la toile afin de les protéger , ce qui apparait comme efficace . 

N° 617

6) RUSSIE - URSS (SSSR)

 

 

 

 

 

 

 

PODWODNIK

 

 

 

 

PODWODNIK modèle AVM -1

 

 

 

 

 

 

 

Ce détendeur a été fabriqué dans les années 1960 par l'URSS dans un but uniquement militaire  Il est reconnaissable à ses tuyaux enrobé de toile pour le protéger , ce qui semble efficace. Ce procédé est souvent utilisé pour la fabrication des masques à gaz.  Ce détendeur fonctionne bien mais exige une robinetterie spéciale ou un adaptateur.  Ce modèle est muni d'un couvre-lèvres imposant .

7)  EX  YOUGOSLAVIE  

 

 

DURO - DAKOVIC (version militaire : HR-M 74  / version civile JADRAN)

 

 

 

HR - M -74

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L'entreprise DURO DAKOVIC est une usine militaire qui  est maintenant sise en Croatie à Slavonski Brod . La production de ce détendeur militaire  a commencé en 1970 sous licence Cousteau - Cagnan.

Le modèle civil s’appelle JADRAN , est identique à la version militaire présentée ici mais avec une étiquette bleue sur laquelle est inscrit "JADRAN".

Ce détendeur, comme la plupart des détendeurs présentés ici,  est en parfait état de fonctionnement  et dans un état exceptionnel de conservation, il n'a probablement jamais été dans l'eau.

8) EX - TCHÉCOSLOVAQUIE 

 

 

 

 

 

CHIRANA

 

 

 

 

 

Excellent détendeur tchèque - uniquement fabriqué , de  1961 à 1967 , pour les militaires de l'ex Tchécoslovaquie  .  Ce détendeur fabriqué par CHIRANA  dans la ville de Starà Turà (actuelle Tchéquie) a été fabriqué a  très peu d'exemplaires (environ  750 exemplaires pour les modèles PL40 de 1961 à 1964  - et quelques uns dans le modèle quasi identique PL 401  de 1964 à 1967) . Ce détendeur pouvait être soit "livré"  avec embout buccal soit avec un full face mask .  L'embout buccal est très particulier avec sa forme en Z .......et le full face mask encore plus  avec .......son essuie glace intérieur pour enlever la buée . Actuellement cette société existe toujours dans le domaine médical et a abandonné la plongée militaire.

Quant à la casserole , il s'agit clairement d'une copie du CG 45 , CG 45, qui,  au début de la production de ce Chirana,  avait été enlevé, pour obsolescence,  du commerce  depuis 6 ans déjà et avait été remplacé par le Mistral en Europe et par le "Stream air" aux States (et tout de suite après par le Mistral US ).

 

 

 

 

 

Chirana PL 401 de 1967 / N° de série 1184- en version FULL FACE MASK

9) SUISSE

1) COLOMBOMATIC

2) APAG GOLDACH

1) COLOMBOMATIC

COLOMBO   

 

 

 

Fabriqué en peu d'exemplaires par la société RINGLI de ZURICH en SUISSE , ce magnifique détendeur, de qualité "suisse", d'inspiration Royal Mistral mais moins épais  , est la pièce maîtresse de notre collection - exceptionnellement rare  - on ne le trouve pas  sur internet - ce détendeur s’échange entre collectionneurs (Merci à Jean GREPINET - Président de HDS France et grand collectionneur "vintage")  Le modèle présenté ici n'a jamais vu l'eau , il est fonctionnel et dans un état quasi "flambant neuf".  Le COLOMBO est un hommage au plus célèbre navigateur de tous les temps et le logo n'est autre que la représentation de la "Nao " de l ' Amiral de la flotte océane.

Une autre marque Suisse , APAG GOLDACH , connue aussi pour ses machines a coudre, a produit des détendeurs de haute qualité mais ces détendeurs sont juste un tantinet moins rares que le COLOMBO . Peu de renseignements sur ces détendeurs probablement fabriqués de manière très confidentielle . 

 

 

N° de série 1354. (année 1970) - esthétiquement le plus beau détendeur jamais construit. 

RARETE DES DETENDEURS

 

Une petite explication sur la rareté des détendeurs  "deux  tuyaux".

Certains détendeurs sont rares du fait qu'ils ont été fabriqués à très peu d'exemplaires; le "DESCO" (grande marque de matériel pieds-lourds) , par exemple , a été construit à seulement 40 exemplaires . A ma connaissance, seuls 4 de ces détendeurs sont toujours aux mains de chanceux collectionneurs; les autres, usagés,  ont été probablement jetés à la poubelle ou "dorment dans des greniers".

D'autres, comme le Mistral ou le Royal Mistral de la Spirotechnique ou les détendeurs des USA , US DIVERS (Aqualung) ont été construits à plusieurs milliers d'exemplaires . Un peu moins dans les autres grandes marques américaines comme VOIT, HEALTHWAYS, DACOR et SPORTWAYS .

Ces détendeurs sont  donc , pour la plupart de leurs modèles, beaucoup plus courants.

Il faut évidemment grandement tenir compte aussi de l'état de conservation, du fait qu'ils sont (on non) fonctionnels , toutes pièces d'origine (ou non) .

Un détendeur Mistral français en parfait état vaut donc plus, par exemple , que le rare COLOMBOMATIC qui serait rouillé, griffé ou abîmé et/ ou les caoutchoucs ou membranes seraient séchés ou percés (ce que ne comprennent pas certains vendeurs).

L'ancienneté joue aussi , y compris, dans un même modèle et un Mistral , dans un parfait état de conservation, fabriqué rue Cognac Gay vaut trois fois plus qu'un Mistral fabriqué rue Marcel Aufan .

Le prix d'achat variera donc avec tous ces facteurs. Il ne faut pas oublier non plus qu'un détendeur acheté hors CEE viendra avec, en sus, la TVA et les frais de transport et de la douane (non négligeables).

Avec internet et le fait que, par ce biais, l'on puisse comparer les prix , mais aussi avec le nombre croissant de collectionneurs, il est de plus en plus difficile de faire "de bonnes affaires".

2) APAG GOLDACH 

Autre détendeur Suisse et détendeur d'exception, l' AIR MASTER est peut être juste un tantinet moins rare que le COLOMBOMATIC .  Fabriqué par la société ARA SE Aparatebau AG Goldach située dans le village de GOLDACH en Suisse qui fabriquait, en fait, des machines à coudre réputées dans le monde entier et , dont la possession d'une de ces machines à coudre , faisait la fierté de nos mères et de nos grands-mères .  Je me souviens parfaitement à quel point ma mère y tenait . Ces machines a coudre (comme le détendeur) étaient à coup sûr de qualité "Suisse" .  L'AIR MASTER a été décliné en plusieurs couleurs : blanc, bleu, violet , vert et ici en jaune . Le logo de la marque n'est autre que le logo de la bannière du village de GOLDACH.

L 'AIR MASTER  (N° de série 2356)

10) PAYS BAS (HOLLANDE)

1) LOOSCO

 

 

 

 

 

Un seul modèle , en diverses versions y compris "small" et "full face mask",  construit par LOOSCO N.V à AMSTERDAM , d'abord avec embout métallique et ensuite avec un embout en caoutchouc de la marque et enfin, avec  soit un embout Spiro Aquastop ( c'est le modèle présenté ci dessous) soit, avec un embout anglais de Submarine Product .

 

Cette firme fabriquait divers objets comme des appareils O2 , des ventilateurs , des bouteilles de plongée, du matériel médical  ......etc.

 

Excellent détendeur, incontournable dans une collection,  mais qui a la particularité d'être difficile à démonter et encore plus à remonter .

 

Le détendeur DIVE SAFE est appelé l'œuf  de LOOSCO à travers le monde  à cause de sa forme (au passage, plus œuf d'autruche qu’œuf de poule au vu de la taille et du poids - environ 2kg et demi).

 

Il a été fabriqué fin des années 1950 jusqu'en 1970 - assez rare et rare en très bon état, on le trouve quand même sur internet (en cherchant bien) .

 

Proche de la Belgique et de la France , mais aussi de l'Allemagne , il a été monté en international mais aussi en  version DIN .

 

 

LE DIVE SAFE OU ŒUF DE LOOSCO - 1960/1970 (remerciements à Jeroen GOMPELMAN   " le maître LOOSCO" pour m'avoir mis sur la "piste" du détendeur ci-dessous)

DÉMONTAGE DU LOOSCO
58.1 MB
egg_exploded_photo_manual_1_.pdf

MANUEL DE DÉMONTAGE du LOOSCO par Jeroen   GOMPELMAN  - le"Maître" LOOSCO - membre de HDS France 

le site de  Jeroen : http://www.hydrogom.com

11) ALLEMAGNE (RFA

 

1) DRÄGER

                                                                2) BARAKUDA

 

 

1)DRÄGER

PA61

 

 

 

 Détendeur d'excellente facture construit par Dräger (firme qui construisait des équipements pieds- lourds) - Ce détendeur a été fabriqué à partir de 1961 . Ce PA 61 se trouvait en commerce en chromé "satiné"  tandis que quelques détendeurs ont été fabriqués en chromé brillant par la firme  sans doute pour tester ce que "cela donnerait". Je tiens un de ces détendeurs  d'un ingénieur travaillant  chez Dräger via David DEKKER. La menbrane interne est a remplacer , le détendeur fuse quelque peu - Ce détendeur est en DIN...bien sur.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 PA 61  II  (1969-1971 - précurseur du Monomat ci dessous)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Monomat

 

Les détendeurs MONOMAT et son frère jumeau  DUOMAT (ici MONOMAT) ont été fabriqués pour le 1er de 1969 à 1980 et le second de 1970 à 1980. Dräger est une rare firme de plongée qui a su traverser la période "pieds-lourds" ensuite "double hose" et enfin la plongée "moderne" même si actuellement elle a abandonné la plongée sous marine. Comme la plupart des détendeurs présentés ici l'état de conservation et l'état visuel sont exceptionnels. 

2) BARRAKUDA 

BARAKUDA est une société fondée en 1949 par Hans Joachim BERGANN avec Kurt RISTAU (deux ex-nageurs de combat) . Ils furent les créateurs de plusieurs clubs "BARAKUDA" toujours actifs en Allemagne (RFA) , clubs qui contribuérent à la formation de la CMAS Germany . Ils distribuèrent du matériel de plongée et notamment  les palmes du Cdt de CORLIEU et ces dernières seront distribuées jusqu'en 1962. Ils distribueront alors (et avec DRAGER) du matériel de plongée sous-marines d'autres firmes comme LA SPIROTECHNIQUE, CRESSI  ou NEMROD .

Deux double hose seront "produits" par BARAKUDA - En fait , un pur NEMROD SNARK III avec le logo de la marque et appelé MONSUN et de même avec le ROYAL MISTRAL appelé PRESSLUFTGERÄTE.

Ces détendeurs peu communs sont cependant considérés comme des "BARAKUDA" par les collectionneurs.

Après avoir stoppé la production de matériel de plongée pendant près de 20 ans, la firme a repris sa production  en 1996. Le site "moderne" de BARAKUDA : http://barakuda-diveshop.com  dont la marque est peu connue hors des pays germaniques .

 

LE PRESSLUFTGERÄTE (Royal Mistral avec logo BARAKUDA)

12)    ITALIE 

1) SALVAS 

Lors des tout  premiers détendeurs de plongée pour scaphandre autonomes , c'est à dire en 1945, l'Italie sortait de guerre et ce pays est lié inexorablement aux exploits des nageurs de combat de la seconde guerre mondiale. Certes , il s'agissait de circuit fermé à l’oxygène pur confinant les plongeurs entre - 7 mètres et la surface . Toutefois , il est impossible, pour cette période,  de taire cet épisode de la plongée .

Les plongeurs de combat italiens , furent les précurseurs suivis inévitablement par les "frogmans" anglais et les alliées des italiens ; les allemands avec leurs Kampfschwimmer (nageurs de combat) . Les faits d'armes sont légions de ces nageurs de combat italiens incorporés à la dixième flottille : la "Decima Mas". Il est donc impossible de citer ce pays et d'omettre de faire référence au  grupo Gamma et leurs véhicules sous marins ; les maiali (torpille a course lente armée d'une bombe détachable et qui était fixée sous le bateau adverse par les NC dudit groupe gamma). 

 

                                                                                                                         1) SALVAS 

 

 

Cette Firme , au départ , dans les années 1930, est  basée a ROME (et appelée SIAS) , est connue pour son matériel pieds lourds notamment  avant la guerre . Elle a changé de nom peu de temps après pour prendre le nom de SALVAS. Après la guerre , la firme a construit en 1954 des détendeurs double hose sous licence Cousteau-Gagnan avec l ' AQUASUB (copie du CG45).

En 1960 , la firme sortira son propre detendeur ,sous sa propre licence, sous le nom d'AQUASPRINT, détendeur que je vous présente ici.

SALVAS déménagera ensuite pour CASTELNUOVO -SCRIVIA où elle est encore a ce jour . La firme produit toujours  de l'équipement de plongée mais est peu connue hors de la "botte".

 

 

LE détendeur AQUASPRINT  a été utilisé par la Marine  italienne et les Carabiniers (Gendarmerie) et très peu en dehors de l 'Italie , il s'agit , a nouveau , d'un détendeur exceptionnellement rare et de très grande qualité.

AQUAPRINT N° 921